Héritage : comment cela se passe ?

L’héritage est l’une des plus grandes sources de dispute entre familles. Pourtant, la loi française a toujours prévu les règles d’héritage, l’ordre des héritiers et aussi la répartition des biens. Pour comprendre le fonctionnement légal d’un héritage, voici donc les réponses aux questions les plus fréquentes sur ce sujet.

Héritage, comment cela se passe au niveau d’un couple ?

Au cas où les parents sont encore vivants, le conjoint recevra la moitié de l’héritage, et chacun des deux parents en recevra le quart. À l’inverse, si les parents sont déjà décédés, le conjoint survivant recevra donc toute la succession du défunt.

Si le défunt n’est pas marié légalement, son compagnon n’a pas le droit d’hériter quoi que ce soit de sa succession. Ce sont les parents du défunt, ses frères, ses sœurs et même ses grands-parents qui recevront tout l’héritage.

Comment l’héritage est-il réparti entre les enfants ?

Les enfants du défunt auront les parts égales de sa succession s’il n’a laissé aucune disposition particulière. Dans ce cas, l’évaluation de chaque part dépend donc du nombre d’héritiers ainsi que la situation maritale de leurs défunts parents.

Si le défunt n’a ni enfant, ni petits enfants, ni époux, ni parents, sa succession sera laissée entre les mains de sa fratrie. Ce sont donc ses frères et sœurs qui partageront l’intégralité de l’héritage.

Quel part d’héritage reçoivent les enfants de la première union ?

Tandis que la nouvelle épouse du défunt aura le quart de sa succession, les enfants de sa première union recevront les trois quarts de l’héritage. Quant aux beaux-enfants, ils recevront de ce qui provient de leurs parents dans la succession du défunt.

Quel part d’héritage reçoivent les petits enfants ?

Les petits enfants du défunt ne sont pas ses héritiers, sauf dans les cas suivants :

  • il a laissé une disposition particulière ou un testament prévoyant l’héritage de ses petits-enfants ;
  • son propre enfant est déjà décédé avant lui.

Dans ce dernier cas, l’héritage saute une génération, et ce sont donc les petits-enfants du défunt qui recevront la part de leurs parents.

Peut-on déshériter ses propres enfants ?

Il est formellement interdit de déshériter ses enfants en France. Appelée réserve globale, une part de la succession du défunt doit toujours revenir à ses enfants.